Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Splendeurs et misères d'un gaijin au Japon

日本へ

Portraits de l’auteur en kimono (et masque sanitaire) ! [Romans]

J’ai enfin rassemblé tous mes romans dans un seul et même volume qui comprend Splendeurs et misères d’un gaijin au Japon, Nadeshiko et Les cours, la galère, le boulot. Le recueil est disponible en version papier et en version numérique dans les librairies en ligne. Plutôt que de vous raconter ce que je pense de mes ouvrages, je donne la parole à mes lecteurs.

 

"Splendeurs et misères d’un gaijin au Japon et Nadeshiko nous présentent les difficultés rencontrées par un jeune Français dans le Japon d’aujourd’hui (trouver du travail entre autres).

 

Le narrateur appartient à la génération des globe-trotteurs adeptes des gap years auxquels les professeurs de langue, en France, ont expliqué sur toutes les déclinaisons le bienfait d’un séjour à l’étranger. Mais c’est d’abord au récit d’une touchante galère que le lecteur est confronté, dans la tradition du roman picaresque ou du Bildungsroman, sans toutefois que les motivations profondes du personnage principal soient véritablement explicitées. On devine en creux un vif désir de rester dans le pays, un vrai goût pour la langue et la culture ; mais on découvre aussi les appels de la chair. Finalement la libido du jeune exilé est un vrai ressort dramatique…

 

En tant que lecteur de Jack Kerouac et de J.M.G. Le Clézio, ces deux ouvrages ne pouvaient pas me laisser insensible. On vit de véritables aventures, certes pas spectaculaires, mais cocasses et originales ; et qui transcendent d’une certaine manière la vie parfois difficile du Français, en font un matériau dense et universel. C’est à mon avis la force de ces récits : les personnages croqués avec humour et vivacité s’imposent tout de suite à notre imaginaire et existent dès le moment où ils apparaissent d'un seul trait de stylo.

 

Ce tableau est vivant donc d’abord grâce à l’écriture qui est à mon sens l’atout majeur des deux ouvrages : une écriture jubilatoire, inspirée et pas du tout convenue. Vous avez vraiment une plume, et une très bonne maîtrise de notre langue avec laquelle vous aimez jouer. Vous introduisez aussi habilement du japonais et de l’anglais, ce qui très moderne et aussi justifié du point de vue du narrateur lui-même. Votre livre nous raconte une histoire singulière dans notre monde actuel, avec ses outils de communication, et les nouveaux codes de rencontre et de séduction, et aussi cette difficulté éternelle et tellement humaine de trouver l’amour ou d’assouvir ses désirs lorsqu'on est jeune, sans emploi, et qu'on doit vivre sa vie d'homme parmi des femmes parfois un peu déroutantes."

 

(Christophe Vieu)

 

"Splendeurs et misères d’un gaijin au Japon se lit facilement et en vaut la lecture rien que pour le sens de l'humour sans équivoque de l'auteur qu'il articule à travers des jeux de mots fantastiques, usant et abusant de détournements de la langue française, si bien que c'en est jubilatoire.

 

Que vous ayez vécu au Japon, y soyez allé en touriste ou que vous y portiez une certaine curiosité, ce livre vous ravira à coup sûr et vous entraînera en immersion en plein cœur du Japon : Tokyo, Osaka, Nara, Kyoto… L'auteur, à travers ses pérégrinations professionnelles, nous emmène dans diverses préfectures du Japon et partage avec nous les rebondissements de sa vie nippone sur un ton comique et détaché qui vous fera sourire plus d'une fois!"

 

(David Dubroeucq)

 

Merci à tous les lecteurs pour leurs avis. Ces trois romans sont le produit de mon expérience de quatre ans maintenant au Japon. Ils seront suivis de bien d’autres.

 

Vous pouvez vous procurer Portraits de l’auteur en kimono en suivant ces liens (Kobo et Amazon):

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

yagi.yacine

Je m’appelle Yacine, j’ai 32 ans et je vis au Japon depuis près de quatre ans. J’ai détenu de multiples visas : d’abord vacances-travail, puis travail (statut « éducation »), avant de revenir avec un visa étudiant que j’ai réussi à transformer en visa de travail (statut « spécialiste en humanités »). La première fois que je suis venu au Japon, j’ai posé mes valises à Tokyo, mais je n’y suis resté que deux mois et demi. J’ai vite déménagé dans l’ouest du Japon, à Nara, à Osaka, à Kakogawa et à nouveau Osaka, où j’habite encore. Ce que j’aime ici, c’est avant tout l’atmosphère. D’un quartier à l’autre, on peut passer du bidon-ville de Nishinari à Tennoji et son gratte ciel Abeno Harukas ; on peut prendre le métro jusqu’à la moderne Umeda et, sur la même ligne, descendre à Ebisu-chô en pleine ambiance Showa (ère japonaise allant de 1926 à 1989). Depuis 2018, je me suis lancé dans l’écriture de romans en lien avec le Japon. Je les ai récemment regroupés dans Portraits de l’auteur en kimono, livre qui comprend Splendeurs et misères d’un gaijin au Japon, Nadeshiko et Les cours, la galère, le boulot. Ils sont disponibles aux formats papier et numérique sur les plateformes de distribution en ligne Kobo et Amazon.
Voir le profil de yagi.yacine sur le portail Overblog

Commenter cet article