Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Splendeurs et misères d'un gaijin au Japon

日本へ

Étudier dans une école de japonais à Osaka, mon expérience

À partir du mois d'avril, j'ai intégré une école de japonais à Osaka, dans le quartier de Tenjinbashi. L'école a été fondée en 1985 et compte plus de 200 élèves répartis en huit niveaux: débutant 1 et 2 / élémentaire 1 et 2 / intermédiaire 1 et 2 / supérieur 1 et 2. Au total, il y a 58% d'indonésiens, 25% de Chinois, 10% de Vietnamiens, 3% de Coréens, 3% de Français, 1% de Belges et de Suisses. On dénombre en moyenne 17 élèves par classes. Non seulement il est possible de faire sa rentrée en avril, mais on peut aussi la faire en juillet ou en octobre. Les cours ont lieu du lundi au vendredi, soit le matin de 9h00 à 12h40, soit l'après-midi de 13h10 à 16h50.

 

Le règlement de l’école est très stricte, notamment au niveau des retards et des absences. Pour ceux qui détiennent le statut « étudiant », s’absenter au-delà d’un certain seuil équivaut à perdre son visa ou son autorisation de travailler (jusqu’à 28 heures par semaine). Voici quelques exemples tirés du livret remis aux nouveaux élèves :

- Il est interdit de sécher les cours pour travailler.

- Il faut informer l’école avant de commencer un emploi à temps-partiel.

- Il est interdit de prêter sa carte de résident, de sécurité sociale ou de retrait à qui que ce soit.

- Il est interdit de prêter ou d’emprunter de l’argent à d’autres étudiants.

Etc.

 

À la fin du document, il y a une page écrite spécialement pour les Français (ceci n’est pas une blague). On peut y lire en substance : « Nous sommes une école de langue et non un club de vacances. Vous ne pouvez donc pas décider de venir en cours ou non comme bon vous semble. Merci de votre compréhension. »

 

Les livres utilisés en cours dépendent du niveau de la classe, mais pour les débutants on utilise en général le Mina no nihon go (1 et 2). Ensuite, on passe sur d’autres manuels. L’école nous demande aussi d’acheter des livres de la collection Nihon go somatome (N3 et N2). A tout cela s’ajoute des listes de kanjis et des exercices d’écoute en classe. Il y a des tests notés et non notés quasiment tous les jours.

D’un point de vue pédagogique, je dirais que les cours sont une bonne préparation à l’examen du JLPT (Japanese Language Proficiency Test). En revanche, je ne pense pas que ce soit le meilleur endroit pour apprendre à parler japonais.

J'ai obtenu le niveau N2 du JLPT (test d'aptitude en langue japonaise) en août 2019. Je prépare actuellement le N1.  

 

Yacine Zerkoun

 

Vous pouvez soutenir mon travail en vous procurant la version papier ou numérique de "Portraits de l'auteur en kimono", qui comprend mes trois romans: "Splendeurs et misères d'un gaijin au Japon", "Nadeshiko" et "Les cours, la galère, le boulot". Disponible sur Amazon et Kobo.

https://www.kobo.com/fr/fr/ebook/portraits-de-l-auteur-en-kimono

https://www.amazon.fr/Portraits-lauteur-kimono-Yacine-Zerkoun-ebook/dp/B088NJQ4VM/ref=tmm_kin_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=1589707413&sr=8-2

Version papier:

https://www.amazon.fr/Portraits-lauteur-kimono-Yacine-Zerkoun/dp/2956636324/ref=tmm_pap_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=1589707413&sr=8-2

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

yagi.yacine

Je m’appelle Yacine, j’ai 32 ans et je vis au Japon depuis près de quatre ans. J’ai détenu de multiples visas : d’abord vacances-travail, puis travail (statut « éducation »), avant de revenir avec un visa étudiant que j’ai réussi à transformer en visa de travail (statut « spécialiste en humanités »). La première fois que je suis venu au Japon, j’ai posé mes valises à Tokyo, mais je n’y suis resté que deux mois et demi. J’ai vite déménagé dans l’ouest du Japon, à Nara, à Osaka, à Kakogawa et à nouveau Osaka, où j’habite encore. Ce que j’aime ici, c’est avant tout l’atmosphère. D’un quartier à l’autre, on peut passer du bidon-ville de Nishinari à Tennoji et son gratte ciel Abeno Harukas ; on peut prendre le métro jusqu’à la moderne Umeda et, sur la même ligne, descendre à Ebisu-chô en pleine ambiance Showa (ère japonaise allant de 1926 à 1989). Depuis 2018, je me suis lancé dans l’écriture de romans en lien avec le Japon. Je les ai récemment regroupés dans Portraits de l’auteur en kimono, livre qui comprend Splendeurs et misères d’un gaijin au Japon, Nadeshiko et Les cours, la galère, le boulot. Ils sont disponibles aux formats papier et numérique sur les plateformes de distribution en ligne Kobo et Amazon.
Voir le profil de yagi.yacine sur le portail Overblog

Commenter cet article

Stéphane 21/11/2019 20:07

Salut, J'ai lu ton article sur l'école OKBG. Je souhaiterais y aller pour deux mois pendant les grandes vacances. J'ai obtenu le JLPT N4. Pourquoi tu dis que ce n'est pas la meilleure école pour apprendre à parler japonais ? Si tu pouvais m'en dire plus, je suis très intéressé.

Merci beaucoup.

Yagi-san 27/11/2019 06:09

L'accent est mis sur le JLPT, c'est pourquoi il ne faut pas trop se reposer sur les cours pour progresser à l'oral. Si tu es intéressé, je propose un accompagnement personnalisé pour accélérer dans l'apprentissage du japonais.

Mathieu 12/07/2019 03:55

Bonjour, j ai passé l année dernière et jusqu'a avril 2019 dans cette école ( obkg pour ne pas la citer ).
Sache que tu n as encore probablement rien vu de cette école tyrannique a la limite de l illégalité.
Lorsque j ai commencé les cours nous étions beaucoup de Français, lorsque je suis parti j étais un des seul a ne pas avoir abandonné. D ailleurs même si j ai payé et que je suis allé en cours jusqu'au vacances d avril, j ai appris a la remise des diplômes ou de nombreuses personnes ont été interdite d accès (la remise des diplômes est un droit pour tous les étudiants, l école n a aucun droit juridique de "choisir " selon ses goûts) que j avis " abandonné" l école deux mois auparavant. Rappelons donc que j' ai payé ces deux mois et que je suis aller en cours pour ?..
En effet avec d autres français, toujours les français ( très facile de trouver des commentaires sur internet montrant la discrimination d obkg envers nous ), nous avons été séquestré dans le bureau du principal avec l obligation de signer un document rédigé en Japonais que la plupart d entre nous, dont moi, ne pouvions pas déchiffrer. Je connaissais après 10 mois dans cette école et après tous les scandales de harcèlement (jusqu' a rentrer dans l appartement d un étudiant sans sa permission ou interdire les étudiants de se mettre en couple), donc j ai demandé une traduction exact, ils m ont simplement dit que tous les élèves qui arrêtaient dans les deux mois devaient signer ce document pour signaler qu ils ne prolongeraient pas leur visa étudiant.
Obkg Osaka fait disparaitre la plupart des mauvais commentaires d internet et demande a son staff d en lisser des bons, mais trouver la vérité n est pas difficile. Notamment l histoire d une des meilleures débutante qui a sautée des classes grâce a son travail acharné mais qui a été refusée a la cérémonie de remise des diplômes parce qu ELLE EST TOMBEE ENCEINTE DURANT L ANNEE SCOLAIRE !!!

Yagi-san 13/07/2019 01:07

Merci pour ce commentaire, je vous ai répondu par mail.

Antilope 11/07/2019 10:30

Alors déjà "58% d'indonésiens, 28% de Chinois, 10% de Vietnamiens, 3% de Coréens, 3% de Français, 1% de Belges et de Suisses" ça fait 103 %.
Le règlement très strict, cela ne me surprend et ne me choque pas. Les Japonais sont rigoureux...
La phrase du règlement adressé aux Français, es-tu sûr qu'il n'y a pas l'équivalent en indonésien, chinois, coréen... Parles-tu toutes ces langues pour pouvoir dire que les Français ont des recommandations particulières par rapport aux autres ? Ou bien le règlement est écrit en anglais mais la recommandation ne s'adresse qu'aux Français ? Il faudrait apporter des preuves...
Bref, peut-être que le Japon n'est pas fait pour toi. Rien que le fait que tu accoles "san" à ton pseudo montre une méconnaissance de la culture, ou bien un ego surdimensionné.

Kos 12/07/2019 09:23

Encore un qui pense que le Japon est parfait ...

Ara 11/07/2019 19:29

Ce commentaire précédent lui même montre un ego surdimensionné vu le ton hautain et la manière de juger qui est employé au bout de 2 phrases. On sent la personne qui n'a jamais vécu au japon ou la personne qui s'est laissé prendre par ce même sentiment de supériorité que tant de japonais critiques... (je vais pas m’embêter à expliquer car il faudrait fournir des "preuves" à terme je suis sur)