Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Splendeurs et misères d'un gaijin au Japon

日本へ

Les cours, la galère, le boulot: dans une école de langue à Osaka.

D’avril 2019 à mars 2020, j’ai étudié le japonais dans une école de langue à Osaka. Suite à cette expérience, j’ai écrit un roman qui a pour titre : Les cours, la galère, le boulot. À travers le parcours de deux étudiants français, nous découvrons les dessous du visa étudiant et ce qu’il implique en matière de restrictions diverses.

On est plongé dans le quotidien de ces jeunes et moins jeunes qui doivent souvent alterner entre les cours et le travail afin de se maintenir à flot dans un Japon où le coût de la vie reste assez élevé. La plupart des élèves – originaires d’Asie – bossent dans la restauration ou dans l’hôtellerie, certains enseignent. D’autres reçoivent de l’argent de leur parent tout le long de l’année scolaire.

Le calendrier est ponctué par deux rendez-vous importants : le JLPT (Japanese Language Proficiency Test ou Test d’aptitude en langue japonaise) en juillet et en décembre. Dans l’école que j’avais intégrée, le pourcentage de réussite à l’examen (N1 et N2) était constamment affiché aux murs. Par ailleurs, ceux qui réussissaient à obtenir leur certificat avec une note supérieure à 120 (sur 180) recevaient une récompense de 10 000 yens, soit environ 80 euros, en liquide de la part du proviseur. J’ai raté la récompense de deux points !

Des événements et des sorties scolaires sont organisées tous les ans. Il y a par exemple le concours sportif inter-classes ou encore la fabrication de mochis.

 

Quand le visa étudiant arrive à sa fin, l’école peut le prolonger, moyennant des frais de scolarité d’environ 800 000 yens, soit 6 500 euros, pour une année complète. Sinon, c’est le retour au pays pour beaucoup. En ce qui me concerne, j’ai pu faire sponsoriser mon visa par mon employeur et je suis donc passé en visa de travail. D’autres ont continué leurs études à la fac ou dans des écoles spécialisées.

Pour la cérémonie de remise des diplômes, l’école a demandé à chaque classe de produire une vidéo de quelques minutes. Voici la vidéo de la remise des diplômes de 2020. 

Ce que je retiendrai de cette expérience dans une école de langue à Osaka, ce sont essentiellement des rencontres avec des gens de tous horizons, bien sûr des Japonais, mais aussi et surtout des Indonésiens, des Chinois, des Vietnamiens, et des Français, qui, comme moi, ont tenté l’aventure nippone, avec des fortunes diverses. Vous trouverez un récit plus détaillé dans mon roman バイト.弁当・勉強 : baito, bentô, benkyô ; Les cours, la galère, le boulot. Ce roman est inclus dans Portraits de l’auteur en kimono, qui rassemble tout ce que j’ai écrit au cours de mes quatre années à vivre au pays du Soleil-Levant.

"Portraits de l'auteur en kimono", qui comprend mes trois romans: "Splendeurs et misères d'un gaijin au Japon", "Nadeshiko" et "Les cours, la galère, le boulot". Disponible sur Amazon et Kobo.

"Portraits de l'auteur en kimono", qui comprend mes trois romans: "Splendeurs et misères d'un gaijin au Japon", "Nadeshiko" et "Les cours, la galère, le boulot". Disponible sur Amazon et Kobo.

Il semble que l’Immigration ait resserré les vis au cours des derniers mois concernant le visa étudiant et le visa de travail. Toutefois, je vous encourage à ne pas perdre espoir et à vous inscrire dans une école de japonais, si tel est votre objectif. Au-delà du japonais, c’est une expérience de vie inoubliable qui vous attend, avec son lot de baito, bentô, benkyô.

 

Yacine Zerkoun

 

Vous pouvez soutenir mon travail en vous procurant la version papier ou numérique de "Portraits de l'auteur en kimono", qui comprend mes trois romans: "Splendeurs et misères d'un gaijin au Japon", "Nadeshiko" et "Les cours, la galère, le boulot". Disponible sur Amazon et Kobo. E-book à 2, 90 euros.

https://www.kobo.com/fr/fr/ebook/portraits-de-l-auteur-en-kimono

https://www.amazon.fr/Portraits-lauteur-kimono-Yacine-Zerkoun-ebook/dp/B088NJQ4VM/ref=tmm_kin_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=1589707413&sr=8-2

Version papier à 9, 90 euros:

https://www.amazon.fr/Portraits-lauteur-kimono-Yacine-Zerkoun/dp/2956636324/ref=tmm_pap_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=1589707413&sr=8-2

Ne manquez pas non plus mon premier roman en anglais, "Yen for Friend", disponible au format e-book pour 0, 99 euros:

https://www.amazon.fr/Yen-Friend-Welcome-J-land-English-ebook/dp/B08C7F1TDT/ref=sr_1_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&dchild=1&keywords=yen+for+friend&qid=1593916185&sr=8-1

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

yagi.yacine

Je m’appelle Yacine, j’ai 32 ans et je vis au Japon depuis près de quatre ans. J’ai détenu de multiples visas : d’abord vacances-travail, puis travail (statut « éducation »), avant de revenir avec un visa étudiant que j’ai réussi à transformer en visa de travail (statut « spécialiste en humanités »). La première fois que je suis venu au Japon, j’ai posé mes valises à Tokyo, mais je n’y suis resté que deux mois et demi. J’ai vite déménagé dans l’ouest du Japon, à Nara, à Osaka, à Kakogawa et à nouveau Osaka, où j’habite encore. Ce que j’aime ici, c’est avant tout l’atmosphère. D’un quartier à l’autre, on peut passer du bidon-ville de Nishinari à Tennoji et son gratte ciel Abeno Harukas ; on peut prendre le métro jusqu’à la moderne Umeda et, sur la même ligne, descendre à Ebisu-chô en pleine ambiance Showa (ère japonaise allant de 1926 à 1989). Depuis 2018, je me suis lancé dans l’écriture de romans en lien avec le Japon. Je les ai récemment regroupés dans Portraits de l’auteur en kimono, livre qui comprend Splendeurs et misères d’un gaijin au Japon, Nadeshiko et Les cours, la galère, le boulot. Ils sont disponibles aux formats papier et numérique sur les plateformes de distribution en ligne Kobo et Amazon.
Voir le profil de yagi.yacine sur le portail Overblog

Commenter cet article